Podcast 014 – La légitimité

Salut tout le monde !

Aujourd’hui, avec Mélani, on inaugure un nouveau type de podcast. Nous allons y aborder des sujets tels que l’oppression, le féminisme et pas mal d’autres trucs.

Le thème d’aujourd’hui est la légitimité.
homme-feministe
Quelle est la frontière entre légitimité et splaining ? Les dominants sont-ils pertinents à parler de problématiques d’oppression ? Sont-ils compétents pour le faire, s’ils ont les diplômes ou l’argent nécessaire ? Nous allons, avec notre fine équipe composée d’un duo de choc, questionner cette problématique.

Ce n’est pas un podcast « d’initiation », on va partir assez fort dès le début. Les podcasts en mode « oppressions 101 » viendront peut-être mais plus tard.

Jay a encore été maladroit et cela se ressent dans la qualité du son du podcast. On peut dire que c’est un podcast optimisé pour des enceintes de PC portable, quelque part x)
Plus sérieusement : on vous conseille de couper les basses de votre appareil ou de vos enceintes pour éviter que le bruit de fond ne soit trop fort. Et désolé pour celles et ceux qui écouteront sur écouteurs. Le prochain podcast, déjà enregistré, n’aura plus ce problème.
(en réalité c’est un problème qui a eu lieu quasi systématiquement à chaque nouveau lieu d’enregistrement, si vous voulez tout savoir)

En tout cas, avec Mélani, c’est plus carré que d’habitude. Tel un Fabien Hildwein à la Cellule, nous avons cette fois-ci un plan ! D’ailleurs, on vous laisse avec le plan du podcast, timecodes à l’appui pour suivre à votre convenance.
C’est pas un exercice évident, soyez charitables dans vos critiques =)
Nous vous disons à bientôt, pour un prochain podcast !
Et maintenant le plan :

Oppressions et injustices sociale, la légitimité du discours

Introduction (de 00’’00’’00’’ à 00’’10’’37)

Tour d’horizon des injustices et oppressions

Définition de la légitimité

Définition du discours et de ses modes d’expression

Qui s’exprime

Un discours est-il légitime si l’on n’est pas concerné par l’oppression ?

Pour répondre à cette question, en premier, nous proposons d’examiner ce qu’implique le statut de non concerné ( I), puis d’envisager alors ce qui constitue le fait d’être un-e allié.e ( II).

I – Le statut de non concerné : Bénéficier d’un ensemble de privilèges (de 00’’10’’37 à 1’’06”52 )

1 – La position de non-concernée : un statut de privilégié. (00’’10’’37 à 00’’28’’49)
2 – L’influence de ce statut sur le contenu du discours. (00’’28’’49 à 1’’02”10)

II – Être un-e allié.e (1’’02’10 à la fin)

1 – Se définir en tant qu’allié.e : une nécessité (1’’02’’10 à 1”10”00)
2 – Faire le choix d’une expression non-oppressive. (1’’10’’00 à la fin)

10 réflexions sur “ Podcast 014 – La légitimité ”

  1. Très bon podcast ! J’ai appris plein de choses et ça me fait beaucoup réfléchir, merci !
    J’ai hâte d’écouter les prochains dans la même veine ! :)

  2. C’était formidable =D

    J’ai noté quelques petites choses qui m’ont faite tiquer, dû au fait que nombre de sujets n’étaient qu’effleurés, du coup ce n’est pas pour critiquer négativement le travail colossal effectué mais pour apporter ma pierre virtuelle (tout en ne faisant moi-même que lancer des débuts de réflexion) :

    Au sujet de la minceur. A un moment, Mélani dit que la dictature de la minceur n’est pas mortelle. J’ai malheureusement tout de suite pensé à l’anorexie mentale (sachant que l’anorexie « tout court » désigne la perte d’appétit, à ne pas confondre donc), souvent provoquée par ce regard de la société sur le corps.

    Sur Pocahontas, là c’est un avis personnel, mais je pense qu’on peut être plus nuancés. Je l’ai revu il y a peu, et j’en avais gardé un souvenir biaisé (proche de celui de Jay, avec le côté bons sauvages et homme blanc à la rescousse). En fait, il y a un parallèle tout du long, très explicite (et au passage avec une approche esthétique très forte), entre les deux peuples. Je renvoie notamment à la scène de la déclaration de guerre qu’on peut facilement trouver en streaming (d’ailleurs, hop : https://www.youtube.com/watch?v=COv-1mpFVeU, et on peut voir que c’est Pocahontas qui sauve le prince charmant, pas l’inverse ;-) ) Il y a évidemment beaucoup de points négatifs dans ce dessin animé, mais par comparaison, Avatar est pire et n’a aucune excuse.

    Je regrette un peu le train que vous avez dû prendre pour la seconde partie, j’aurais aimé que vous puissiez plus développer sur le sujet des alliés, qui est très délicat à manier et à penser. Personnellement je sais avoir encore du mal à tout saisir, et pourtant j’y travaille avec acharnement depuis… toujours ?

    Un autre regret en vrac : le petit élan au sujet des grèves et de la sémantique « preneurs d’otages », qui aurait pu être un peu plus argumenté, même si je sais que c’était sur le vif.

    (Au passage : enjoyphoenix a 22 ans actuellement, et au-delà de son blog beauté, elle milite contre le harcèlement en milieu scolaire (en statut de concernée), a l’habitude de remettre en question ses jugements dans l’accompagnement qu’elle effectue auprès de ses abonné-es, et dont la personnalité est riche de facettes – elle est passionnée de mythologie et écoute du grunge par exemple ^_^ Donc bon ce n’est pas non plus la youtubeuse-beauté-de-18-ans-midinette, mais ce profil existe-t-il réellement ?)

    Pour conclure, merci beaucoup pour la conclusion, comme digressions finales le sujet des alliés maladroits puis de la non-mixité surtout, c’était parfait. Ça fait beaucoup beaucoup de bien à entendre.

    J’ai terriblement hâte d’écouter la suite.
    Bravo à vous deux, bravo Mélani pour la précision et la clarté des réflexions amenées, et ta diction super agréable (c’est important ! =D )

  3. Merci à vous deux, très agréable à écouter … j’ai même raccommodé mon bouton de pantalon sans m’en rendre compte :p

  4. Je suis très très déçue que vous donniez une tribune à de la propagande SJW(Social Justice Warrior), la propagande SJW est un discours oppressif posant des questions complexes et y répond par l’adhésion à une pensée sectaire sort tout droit des universités libéral-démocrate des USA, réitérant ce qu’il dénonce tel que la désignation de « racisé ». On est donc dans une novlangue totalement vide de sens digne du charabia des sectes. D’ailleurs les « safe-space » pour désamorcer toute possibilité de critique c’est également une invention des sectes. Et ça appelle ça de la sociologie, on nage en plein dans la fumisterie obscurantiste des universités états-uniennes et je vous laisse vous demander pourquoi les nations opprimées emmerdent profond ces théories de charlatan de cette nation opprimante.

  5. Pour vous prémunir de cet dérive sectaire, dangereuse et oppressif qui surf entre autre sur le féminisme 3eme vague et autre lutte social.

    http://lesquestionscomposent.fr/le-social-justice-warrior-trademark/

    http://menace-theoriste.fr/social-justice-warrior/

    http://no-more-blog-vouze.blogspot.fr/2015/09/le-social-justice-warrior.html

    https://www.youtube.com/watch?v=SUhc3Kv4ieE

    https://www.youtube.com/watch?v=SwYd5cRlROE

    Et je vous conseille aussi l’article de la revue finlandaise du mois de Juin « Image », et son dossier sur les mouvements féministes ou y est développer la dangerosité de dérive sectaire et fasciste du mouvement SJW, sa novlangue, ces pratiques etc etc

  6. Salut Shizaz,

    C’est Melani, nous avons lu tes critiques, nous y répondrons dans le podcast dédiés aux allié-es .

    A bientôt !

  7. Salut Melani,

    Je porte peu d’espoir à ce que le discours s’oriente vers autre choses que le verbiage doctrinal et sectaire que je dénonce.

    Pour dire j’ai du mal à ne pas prendre le terme « allié » comme une micro-aggression,
    L’ensemble de mes connaissances n’ayant conclu aucune alliance avec cet ensemble de personne souvent de type universitaire, blanc.he, privilégié.es économiquement, urbain.e.s s’arrangeant le droit de se nommer comme allié, que je nommerais « valet du grand capital »
    l’ensemble de mes connaissances trouvent le terme « racisé » comme injurieux, raciste et paternaliste,
    l’ensemble de mes connaissances trouvent l’idée de la légitimité du discours comme un outil de censure qui tient du procès d’intention consciente ou inconsciente.
    l’ensemble de mes connaissances trouvent que l’argument de l’intériorisation de l’oppression est souvent un pauvre échappatoire pour éviter de répondre à des affirmations « rationnel » et est encore l’expression d’un paternalisme mal placer.

    L’ensemble de mes connaissances trouvent à redire sur le mansplaining, whitesplaining, safe space, trigger warning, shaming, check your privilege etc etc et autre concept vomitif empêchant de « penser » et restreignant la liberté de parole.

    http://www.noelshack.com/2016-16-1461332978-1604211503550116.jpeg

  8. Message validé avec pas mal de retard, désolé.
    Pour ma part je ne répondrais pas à un commentaire qui parle de verbiage et ne fait que se plaindre à propos de ressenti personnel.
    « proces d’intention » « paternalisme mal placé » « injurieux raciste paternaliste » « outil de censure » »vomitif » « empêchant de penser »… Je me vois pas répondre, désolé :(
    Juste :
    Le screen sur le racisme anti-blanc est hors-propos, on a jamais parlé de ça. Je ne renie personnellement pas le fait que le racisme anti-blanc est une chose qui peut s’exprimer par des actes, mai par contre faire croire qu’il existe au niveau sociologique -en France- c’est un peu une blague… On aura l’occasion d’en reparler dans un podcast j’imagine.

    Bien à vous,

  9. Arrête de m’opprimer avec ton Mansplainning!!!
    Check your privilège Jay, Monsieur le White Male cisgenre oppresseur!!!

Les commentaires sont fermés.